X

INSCRIVEZ-VOUS A NOTRE BLOG


Et reçevez les derniers posts sur l'email marketing

Non, merci

Revenons un peu sur l’Eye-tracking

Nous avons pris connaissance, dans le post du 30mars, de l’oculométrie, c'est-à-dire de l’eye-tracking. Évidemment, nous n’avions pas tout dit ! Pour qu’une infolettre soit efficace , il est utile de savoir comment un internaute regarde une page web. En le sachant vous pourrez améliorer votre landing page et augmenter ainsi votre taux de transformation. Les trois paramètres qui font varier le regard sont :
  • le design de la page :
Il s’agit là, d’attirer le regard sur les zones importantes, grâce, entre autres, aux couleurs. Une couleur vive au sein de couleurs plus sombres ressortira bien plus et attirera naturellement le regard. Néanmoins, il faut vérifier, à ce que la couleur vive ne se transforme pas en couleur agressive… L’œil l’évitera consciencieusement. Voici quelques petits conseils pour choisir des couleurs harmonieuses : - Optez pour les camaïeux: sélectionnez des couleurs de même teinte dont les tons sont proches. - Les couleurs se répondent : mêlez des couleurs complémentaires. Pour deux couleurs, choisissez celles diamétralement opposées sur le cercle chromatique( bleu et jaune par exemple) ; pour trois couleurs, elles formeront un triangle équilatéral sur le cercle (orange, vert , bleu) … - Gardez une cohérence : vous utiliserez des couleurs identiques pour grouper des éléments, et des couleurs différentes pour distinguer des éléments fonctionnellement différents. Petite astuce: 8% de la population ont des troubles visuels concernant la distinction du rouge et du vert : ne définissez pas les limites entre des objets avec celles-ci. En plus de l’utilisation de la couleur, de très nombreux autres éléments de design influent sur le trajet du regard :
  1. - le layout : la disposition des zones sur la page
  2. - le placement des images
  3. - la longueur de la page
  4. - la résolution
  5. - la typo
  6. - etc.
  • le contenu
On pourrait penser que mettre des photos attire l’œil, et aide à l’acte de vente. C’est rarement le cas, les photos doivent être discrètes, et ne servir que l’harmonie de la page. Il est inutile d’en mettre une sans fin stratégique. Ce serait un échec. Les internautes se concentrent sur les zones qui peuvent leur apporter le plus d'informations en un minimum d'efforts. Ils regardent surtout :
  1. les informations synthétisées (titres, tableaux, listes...)
  2. les éléments de navigation (menu, moteur de recherche...)
  3. les liens hypertextes
  4. les images légendées
A l'inverse, dans le palmarès des zones les plus ignorées on trouve :
  1. les zones à faible densité informationnelle (les images d’illustration, les textes généraux de présentation, les animations longues…)
  2. les zones difficiles à lire ou à comprendre (les « murs » de texte, les textes écrits trop petit, les dessins trop chargés…).
  • l’objectif de l’internaute :
Le regard d’un internaute sur une page va complètement varier suivant ce qu’il cherche à accomplir sur le site. Dans le cas de l’e-commerce, on oppose souvent deux comportements caricaturaux : - « visite hédoniste »: un internaute qui flâne sur le web et cherche des idées. Son regard navigue aléatoirement, il regarde avant tout les images, source d’inspiration. - « recherche ciblée» : Un internaute qui cherche un produit très précis : l’internaute sait où il va, il ne se laissera pas influencer par les tentatives d’approches du vendeur. Il faut donc chercher à répondre à tous ces comportements. Il n'existe pas une seule façon de voir un site Internet.
Les commentaires sont clos

UTILISEZ LE NUMÉRO 1 SUISSE DE L’EMAILING, SOLUTION CLOUD POUR PME, MAILPRO!

Mailpro