Concentrons-nous sur : L’optimisation de l’expéditeur

Ne nous arrêtons pas à l’objet, nous avions si bien commencé, ce serait trop bête … Peaufinons notre « enveloppe » de newsletter. Comment optimiser le champ expéditeur? Nous avons vu que cela pouvait rassurer, ou si vous avez fait le choix d’une newsletter sur le modèle « branding », vous assurer l’ouverture et pourquoi pas la lecture de votre mail. Ce champ est donc particulièrement important dans le processus de tri sélectif du lecteur. Ne perdons pas de vue que le rôle essentiel et originel attribué au champ expéditeur est de permettre au lecteur d’identifier l’émetteur du message. Certaines fois, le concepteur de la lettre d’information préfère utiliser le champ objet pour mettre en avant le contenu du numéro de la newsletter. Dans ce cas là, pourquoi ne pas faire figurer le nom de l’infolettre directement à la place de l’adresse ou du nom de l’expéditeur dans le champ « de ». Techniquement, le texte figurant dans le champ expéditeur peut être différent de l’adresse de réponse. Utiliser un intitulé distinct, est conseillé à la place d’une simple adresse retour du type [email protected] ou pire, [email protected] Il est plus pertinent, et plus esthétique, de voir dans le champ expéditeur la mention « MediaTICNews » (pour reprendre notre exemple), que de lire simplement l’adresse [email protected] De plus étant donné que l’adresse mail est le format classique dans le champ expéditeur, modifier cette caractéristique en effaçant l’adresse pourra interpeller l’internaute. Tout est bon à prendre ! L’intitulé doit être clair, en accord avec le contenu afin de faciliter la reconnaissance susceptible de provoquer l’ouverture. Celle-ci est d’ailleurs simplifiée si le champ utilisé est maintenu stable dans la durée de votre newsletter. Ne changez pas ce champ au gré de vos envies! Gardez vos surprises pour le contenu du message. Évitez de prendre trop de risques dans cette partie délicate de votre campagne! Autre argument contre les émetteurs-testeurs-d’objet-invéterés : certaines solutions de messageries classent les messages en fonction du fait que l’adresse d’expédition figure, ou non, dans le carnet d’adresses de l’internaute. Faites-vous une place dans le tri automatique, l’internaute lui fait plutôt confiance! Il faut également être conscient que les champs "objet" et "expéditeur" n’ont qu’une largeur limitée à l’affichage sur les interfaces de messageries. Ne prenez pas le risque de faire perdre à votre internaute des informations importantes qui incitent à l’ouverture. Il n’y a qu’une seule solution pour vérifier la longueur de ces champs : testez-les. Il faut toujours essayer vos mails sur vous avant d’en faire profiter votre liste de diffusion. Si vous découvrez que l’information est tronquée et que vous pensez qu’il est impossible de réduire le champ en question, assurez-vous, au minimum, que celle-ci est secondaire. Gardez toujours en mémoire qu’une recette peut marcher un jour et être inefficace le jour suivant. Un bon marketing a pour base la réactivité. Il convient donc de mener dans ce domaine une politique continue de tests et ce d’autant plus que les objets sont très faciles à tester et constituent un levier d’efficacité très important.
Les commentaires sont clos

UTILISEZ LE NUMÉRO 1 SUISSE DE L’EMAILING, SOLUTION CLOUD POUR PME, MAILPRO!

Mailpro