Dans cette deuxième partie, il est question de la mise en forme des emailings. Plus précisément, des innovations qui ont été réalisées au cours de l’année, en voici le récapitulatif.
 
Il est sûr que la conception est un travail d’ampleur, surtout lorsque l’on considère le panel d’outils mis à disposition des annonceurs. Les techniques et technologies ont évoluées et les annonceurs doivent vivre avec leur temps s’ils veulent continuer de tenir en haleine leurs prospects. Pour ce qui est de la création des newsletters, elle a été un peu chamboulée par la prolifération des supports. En effet, les caractéristiques techniques à considérer ne sont pas les mêmes pour un smartphone que pour un laptop. Les annonceurs ont donc dû adapter leurs créations. Pour l’instant, cette problématique là est en cours de résolution. En effet, les problèmes d’affichage sur les plateformes mobiles sont encore trop fréquents, et ceci risque d’être l’un des principaux objectifs de 2012.
Cependant, on note une humanisation de la création. Certes la personnalisation a joué un rôle important dans cela, mais aussi l’interaction entre les gens. Les communautés qui sont nées des réseaux sociaux garantissent le dialogue entre prospects/clients/entreprise. Le contact entre chaque entité est donc plus fort, ce qui renforce la dimension humaine de l’emailing. De plus, les campagnes qui étaient essentiellement promotionnelles sont aussi devenues fédératrices, grâce à la fidélisation.
La conception des emailings passe aussi dorénavant par l’automatisation des envois et le dynamisme du contenu. Afin de respecter le cycle de vie du client, les annonceurs automatisent désormais leurs envois, ils sont ainsi sûrs d’envoyer leur emailing au bon moment. De même, les envois sont aussi déterminés grâce au trigger marketing qui permet de contacter les prospects lors d’une action particulière. Par ailleurs, afin de fournir l’information la plus instantanée possible, beaucoup de marketeurs ont mis en place le système des emails dynamiques.
Enfin, le split-testing commence à entrer dans les mœurs. Il est évident que pour trouver la bonne formule il est essentiel de tester plusieurs versions d’un même emailing. C’est le seul moyen d’être efficace et de garantir votre ROI.
Cependant, rien n’est gagné. Il faudra continuer à poursuivre ces efforts sur l’année 2012. Par ailleurs, les avancées du domaine viendront apporter de nouveaux défis à relever pour les annonceurs.

Question précédente

   

Question suivante

Vous pourriez également être intéressé par :

Partie 2 : la rédaction Après s’être consacré à la conception de votre emailing, voici venu le temps d’aborder la partie rédactionnelle. Vous aurez beau concevoir proprement et intelligemment votre emailing, si la rédaction ne vie...
Comme nous l’avons expliqué dans la partie 1, les emailings se construisent en tableaux par soucis de compatibilité multi-clients. Des emailings en tableaux En effet, vous allez devoir utiliser des lignes, des colonnes et des cell...
En cette fin d’année, sonne le glas des bilans, et pas n’importe quel bilan, le bilan des plateformes sociales. L’emailing a lui aussi été touché par l’explosion de la bulle sociale, et de fait établir les performances des réseaux...
Votre campagne emailing, bien que technique, est aussi stratégique. Selon la catégorie de prospects, que ce soit desprofessionnels ou de simples consommateurs, votre stratégie emailing ne sera pas la même. Alors existe-t-il ...
Dans cette deuxième partie, il est question de la mise en forme des emailings. Plus précisément, des innovations qui ont été réalisées au cours de l’année, en voici le récapitulatif. Il est sûr que la conception est un travail d’...

Plateforme Emailing pour Tous & Email Automation

Ouvrez un compte Mailpro et profitez de 500 crédits gratuits
Essayer Gratuitement

Ce site utilise des Cookies, en poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, mais également de comprendre et enregistrer vos préférences. Comprendre comment nous utilisons les cookies et pourquoi : Plus d'informations