X

INSCRIVEZ-VOUS A NOTRE BLOG


Et reçevez les derniers posts sur l'email marketing

Non, merci

Ne sous-estimez pas le taux de réactivité…

Bien sûr quand vous vous lancez dans une campagne marketing vous vous intéressez évidemment à sa performance. Pour cela, on l’a évoqué dans plusieurs autres articles, il existe plusieurs « jauges ». On a déjà défini le ROI (retour sur investissement), le taux d’ouverture (nombre de mails ouverts) et le taux de clic (nombre de mails ouverts puis cliqués), mais ce ne sont pas les seuls, il y a aussi le taux de réactivité qui passe bien souvent à la trappe… Le taux de réactivité, que représente-t-il ? En fait, il estime sur le taux de mail ouvert combien sont cliqués, c’est en fait le taux de clic divisé par le taux d’ouverture. Cet indicateur est fournit avec votre logiciel newsletter Mailpro™, par exemple. Il estime donc la proportion de vos clients qui ont ouvert puis cliqué le mail. Exemple : sur 25 mails, 20 lus, 15 cliqués, donc les ¾ de vos contacts ont été « réactifs ». Qu'est-ce qui fait qu’il est si important ? Tout d'abord, ce taux est le parfait reflet de l’attention que vous porte le prospect et de l’impact que vous avez sur son mode de consommation. Par ailleurs, sa fonction cruciale se trouve ici : il peut vous aider à faire des choix stratégiques. On vous a rappelé bien souvent l’importance de bien choisir le jour pour envoyer vos mails. Grâce au taux de réactivité, après quelques tests vous serez fixé. Par exemple, vous hésitez entre envoyer votre mail le dimanche ou le mardi. Vous testez le dimanche, le taux de réactivité est de 8%, vous essayez le mardi, le taux de réactivité est de 24%. Il est donc clair qu’il vaut mieux envoyer vos mails le mardi. Comment fait-on grimper le taux de réactivité ? Par une logique simpliste, on peut en déduire que, plus le taux d’ouverture sera grand, plus il y a de chances d’obtenir un bon taux de clic. Donc l’élément premier, qui va jouer dans l’évolution de la réactivité sera l’ouverture. Or que faire pour booster l’ouverture ? Un objet personnalisé digne de ce nom, une identification rapide de l’expéditeur et une plage horaire d’envoi justifiée. Si malgré tous ces efforts votre taux de réactivité stagne, c’est que les gens n’ont pas envie de cliquer. Dans ce cas, il vous faut revoir le contenu de vos messages, penchez-vous sur les problèmes d’affichage, la mise en page et les informations que vous donnez. Ayez à l’esprit que le taux de réactivité révèle aussi si vous êtes un bon séducteur auprès de la clientèle. Pour conclure, facile à mesurer et très explicite, le taux de réactivité est à mon avis LE baromètre de l’emailing. Grâce à lui vous mesurerez la pertinence de votre campagne, et donc bien sûr son efficacité. En cas de mauvais résultat, il vous permettra de vous remettre dans le droit chemin rapidement. Dans le cas contraire, il vous rassurera sur la qualité de votre travail.
Les commentaires sont clos

UTILISEZ LE NUMÉRO 1 SUISSE DE L’EMAILING, SOLUTION CLOUD POUR PME, MAILPRO!

Mailpro