X

INSCRIVEZ-VOUS A NOTRE BLOG


Et reçevez les derniers posts sur l'email marketing

Non, merci

De quoi faire peur au spam

Je prends le temps d’un post pour vous annoncer que le spam vient de se faire un ennemi de plus. En effet, dorénavant la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés (CNIL) pourra s’acharner encore plus sur celui qui est redouté de tous. Par ailleurs, voici une raison supplémentaire, pour vous annonceurs, de faire un travail propre et respectueux du prospect car les spammeurs sont guettés. En effet, nous allons donc voir apparaitre le système de plainte en ligne car la CNIL est surchargée de plaintes concernant la publicité intempestive. Afin d’enrayer ce mouvement, elle a donc trouvé un moyen d’enregistrement plus facile et plus accessible à travers la toile. A présent, un formulaire est donc disponible sur le site de la CNIL et vous pouvez alors à votre guise signaler les abus publicitaires que vous subissez au quotidien. Par ailleurs, ces abus publicitaires concernent toutes les plateformes : messagerie email, téléphone portable, fax… La guerre anti-spam est donc réellement engagée ! Cependant, ce type de dénonciation reste structuré et cadré. En effet, il faudra pour signaler un abus avoir un document qui atteste que la victime a déjà contacté l’organisme fautif sans changement aucun. Avec cette attestation vous pouvez alors déposer ce que l’on peut appeler plainte électronique. Ce service est mis en place depuis le 14 juin et semble très prometteur sur le papier. Bien sûr chaque formulaire de plainte est crypté pour être transmis à la CNIL dans un souci de préservation de données et de sécurité. L’internaute recevra alors un accusé de réception dans sa boite mail, ce qui lui garantira que sa plainte a bien été transmise. Pour ce type de plainte, le délai moyen de traitement est de 8 semaines environ. Le formulaire à remplir est des plus simplissimes, il suffit de signaler sur quel support l’abus s’est opéré et d’avoir les pièces justificatives à disposition. L’interface est ergonomique et accessible à tous, on peut donc espérer une utilisation autant par les novices que par les habitués. Cependant, pour les plus réfractaires, ce type de plaintes peut toujours être adressé par courrier à la CNIL. Un bilan de cette nouvelle méthode de dénonciation sera établi en fin d’année afin de savoir si on peut étendre cette pratique à d’autres domaines. Ceci laisse à penser que l’étau autour du spam va se refermer peu à peu si la communauté des internautes utilise ce système correctement. Allez faire un tour sur le site de la CNIL pour voir de vous-même ce qu’il en retourne… Et n’oubliez pas que vous avez tout intérêt à n’envoyer que des mails désirés.
Les commentaires sont clos

UTILISEZ LE NUMÉRO 1 SUISSE DE L’EMAILING, SOLUTION CLOUD POUR PME, MAILPRO!

Mailpro