X

INSCRIVEZ-VOUS A NOTRE BLOG


Et reçevez les derniers posts sur l'email marketing

Non, merci

Concentrons-nous sur : L’optimisation de l’objet

L’optimisation des champs de présentation de l’e-mail ne joue pas uniquement sur le processus visuel de sélection de l’internaute. Celui-ci peut influencer un processus de tri automatique des messages configurés par l’utilisateur et bien sûr, le tri effectué par un éventuel filtre antispam. Commençons par une optimisation classique de l’ « objet ». Cela consiste à le personnaliser. Cette pratique est courante, mais les tests montrent sans ambiguïté que dans de nombreux cas, le fait de personnaliser nominativement l’objet de l’e-mail permet d’augmenter le taux d’ouverture... La personnalisation peut également porter sur d’autres éléments relatifs au destinataire. L’optimisation du champ objet varie logiquement en fonction de la nature du message. Voici plusieurs cas de figure : - Une newsletter informative Celle-ci s’inscrit dans la logique périodique qui ne cherche pas à provoquer un achat. Cela ne sert à rien de développer un argumentaire dans l’objet. Appliquez-vous à synthétiser votre infolettre. Quels sont les points que vous abordez ? Dès l’objet, commencez à informer votre lecteur en lui donnant la nature de l’envoi. Si votre newsletter est de qualité, si elle est régulière, elle aura une supériorité par rapport à une campagne d’e-mailing commerciale : elle sera attendue. C’est la voie royale ! Les internautes abonnés vont naturellement la lire ou la stocker à partir de son identification. Pour développer et accentuer ce point fort, adoptez une politique proche de celle d’une marque. La politique de « branding » adaptée à une newsletter consisterait à la traiter comme une marque. Par exemple, créer un nom spécifique pour celle-ci. Comme a pu le faire MediaTICNews, une lettre des acteurs des technologies de l’information et de la communication. - Une newsletter commerciale Ces lettres peuvent se présenter sur lettre d’information produit mais ayant la particularité d’avoir l’objectif de provoquer une vente. Des études ont prouvé que des objets plus incisifs, plus impératifs ( ce que l’on appelle les « hard selling », ventes agressives) donnent les meilleurs résultats en terme de taux d’ouverture des messages. Si vos offres tarifaires sont vraiment intéressantes, si votre produit est vraiment différent vous pouvez les indiquer dans les intitulés de vos mails. N’oubliez pas de les édulcorer en ajoutant quelques mots clefs directement issus des stratégies traditionnelles du marketing direct. Des mots tels que : gagnez, bénéficiez, offre spéciale, prix fous… Cependant, si votre newsletter ne comporte que cela… ne pariez pas toutes vos cartes dans l’objet. Sachez titiller la curiosité sans la décevoir une fois que l’internaute a cédé au clic d’ouverture que vous attendiez. Ne dévoilez pas tout de votre offre, ce serait dommage. - Une newsletter d’acquisition C'est-à-dire une infolettre qui sert d’invitation pour recruter des internautes. La problématique de l’objet est encore plus importante. Pourquoi ? Parce que l’internaute ne vous connait pas. Il ne peut donc pas vous faire confiance (importance que nous avons souligné plus haut). Il n’attend pas le message et ne connaît pas forcément son expéditeur. Dans cette stratégie vous devez lui parler de ce qu’il connait. Pourquoi pas le rassurer, dans un premier temps en affichant le nom du loueur ou du programme dans l’objet ou dans le champ de l’expéditeur. Pour cette newsletter particulière, il est important de connaitre et de vous adapter à votre cible.
Les commentaires sont clos

UTILISEZ LE NUMÉRO 1 SUISSE DE L’EMAILING, SOLUTION CLOUD POUR PME, MAILPRO!

Mailpro