X

INSCRIVEZ-VOUS A NOTRE BLOG


Et reçevez les derniers posts sur l'email marketing

Non, merci

B2B : comment réagissent les pros face à vos emailings


Il est inutile de rappeler, qu’avant toute segmentation, les cibles de l’emailing sont naturellement scindées en deux catégories : les particuliers et les professionnels. A travers des articles, j’aborde souvent le cas des particuliers, mais il est vrai que l’emailing B2B est tout aussi courant, il ne faut donc pas laisser le sujet dans l’ombre.
 
Pour accompagner ce coup de projecteur sur l’emailing B2B, je vous propose quelques chiffres d’une étude du SNCD, réalisée en collaboration avec Reed Data, auprès de 858 professionnels, tous secteurs confondus. La moitié de cet échantillon représente des entreprises de moins de 10 employés. Le sujet de l’étude était le comportement des professionnels face à vos emailings.
Contrairement à ce que l’on peut entendre du côté des particuliers, les professionnels eux ne sembleraient pas souffrir d’une inondation d’emailing dans leurs boîtes de réception. Les annonceurs feraient-ils preuve de parcimonie lorsqu’il s’agit du business ? Les professionnels déclarent à 48% recevoir entre 20 et 50 emailings par jour. Ils sont 10% à en recevoir plus de 100.
Cependant, parmi les emailings reçus, ces professionnels déclarent quand même recevoir beaucoup d’emails essentiellement basés sur la publicité. La moitié du panel affirme recevoir plus de 10 emailings promotionnels par jour.
Pour ce qui est de la consultation de ces emailings, les professionnels sont eux aussi plutôt mobiles, même si les tablettes sont un peu en reste.
Cette consultation a majoritairement lieu entre 9h et 13h, du moins pour 80% d’entre eux. Une plage horaire qui semble logique du fait de la routine administrative ; les courriers et courriels sont généralement gérés le matin.
Qu’en est-il du taux d’ouverture des professionnels ? 60% s’accordent à dire qu’ils n’ouvrent un emailing que s’ils ont clairement pu identifier l’expéditeur et que l’objet est pertinent. On note donc l’importance de se faire visible en boîte de réception et d’insister sur les méthodes rédactionnelles des objets. Dans le cas où ils n’arrivent pas à identifier l’expéditeur, 30% les ouvrent quand même alors que 30% les suppriment, 12% ne les regardent pas, 9% les déplacent chez les indésirables et 3% les signalent comme spams.
Les B2B, même s’ils n’hésitent pas à signaler un emailing, ont quand même une vision de l’emailing plutôt positive. 77% pensent que les emailings sont utiles pour découvrir des nouveautés, 54% apprécient de pouvoir gagner du temps via ce canal et 34% s’intéressent plus particulièrement aux offres promotionnelles.
 
Les commentaires sont clos

UTILISEZ LE NUMÉRO 1 SUISSE DE L’EMAILING, SOLUTION CLOUD POUR PME, MAILPRO!

Mailpro