« Hoax » et autres parasites : apprendre à les repérer

Lorsqu’on traite d’emailing, que ce soit dans la sphère professionnelle ou privée, il arrive que les problèmes que l’on rencontre soient les mêmes, à divers degrés d’importance cependant. Parmi les premiers cités, il y a les virus et les « hoax ». Si les virus sont indubitablement les plus nuisibles et nocifs des parasites qui encombrent nos messageries, les « hoax »ont eux aussi une capacité certaine à nous compliquer la vie. Il est donc essentiel d’apprendre à les reconnaître et par extension à les éviter. Il y a un terme français qui correspond à ce que l’on définit comme un « hoax » : canular. En l’occurrence, il s’agit de tous les messages vous annonçant un gain mirobolant (sans pour autant que vous ayez participé à un jeu), une chaîne de solidarité (« faites tourner ce mail pour sauver la jeune Amy d’un cancer des os », cynique et malsain), mise en garde inutile (pour éviter que MSN devient payant par exemple) ou encore une alerte au virus imaginaire. A priori, rien de réellement dérangeant ou nocif pour votre boîte mail. Mais à y regarder de plus près, il apparaît que les inconvénients suscités sont nombreux. Premièrement, le premier inconvénient se résume à la théorie de l’enfant qui criait au loup : à force de répandre la même fausse nouvelle, par exemple « Mick Jagger est décédé », plus personne n’y porterait attention si un jour cette information se révélait être vraie. Cette atteinte collatérale à la crédibilité des informations que l’on peut trouver sur Internet est préjudiciable aux internautes et aux sites sérieux et fiables. De plus, ce genre de canular, même s’il n’a pas été créé avec de mauvaises intentions, peut être fatal à l’image d’une personne ou d’une entreprise, et lui causer plus de dommage que ne l’aurait fait une information avérée. Enfin, les « hoax » posent un problème technique. Il suffit en effet que l’un d’entre eux ait un certain succès pour que cela affecte l’ensemble du réseau, causant une surcharge et par extension un ralentissement conséquent de la vitesse de traitement de tous les services de messagerie, quand il ne s’agit pas tout simplement d’une saturation pure et simple de ceux-ci. Il existe des méthodes toutes simples permettant, dans la majorité des cas, de repérer un « hoax ». En premier lieu, le sujet sera généralement écrit de manière à vous attirer l’œil directement, quelque chose d’impressionnant ou d’incroyable vous amenant à ouvrir le message. Le plus souvent, l’information est étayée par une fausse caution d’une entreprise connue, comme AOL, et il vous est recommandé pour certaines raisons de faire diffuser ce mail à l’ensemble de vos contacts. Enfin, le message ne vous sera jamais adressé directement, mais à une liste de contacts à laquelle vous appartenez. Certains porteront même le vice jusqu’à affirmer que leur « hoax » n’en est justement pas un. Bref, vous l’aurez saisi, les canulars fleurissent sur la Toile et sont potentiellement nuisibles, mais enrayer leur diffusion est d’une grande simplicité.
Les commentaires sont clos

UTILISEZ LE NUMÉRO 1 SUISSE DE L’EMAILING, SOLUTION CLOUD POUR PME, MAILPRO!

Mailpro